Newsletter du Comité Décembre

Braille et Le Poinçon Magique

Diagnostiquée aveugle à l'âge de 18 mois, après un cancer de la rétine, Domitille a dû apprendre à vivre avec son handicap. Grâce à son haut potentiel intellectuel, elle est aujourd'hui en classe de 4è au collège OZANAM et a reçu lundi 13 décembre le premier prix du concours national du Poinçon Magique.

Une vraie battante...

" En général, les déficients visuels font partie des derniers de la classe en raison de leur handicap. Mais, Domitille,elle, a décidé d'être dans les premiers" explique fiérement sa maman Caroline Chabot. Très tôt, sa petite fille a appris le braille au Pôle sensoriel du Limousin. Cette année, elle a décidé de participer à un concours national de dictée en braille.

Organisé depuis 1955 par l'association Valentin Haüy, le Poinçon Magique a été créé dans le but de favoriser et de promouvoir la connaissance de cette écriture indispensable aux déficients visuels.

Une pratique difficile, même pour les voyants selon la professeure de braille, Marie-Claude Carl: " Les difficultés sont nombreuses; il faut faire attention à l'orthographe, et c'est d'autant plus compliqué dans un temps imparti lors d'un concours."

 Mais Domitille ne s'est pas laissée décourager. A l'aide de son Notebook spécialement conçu pour les déficients visuels, elle a raflé le premier prix avec la note de 35,5 sur 40. Une très belle prestation qui lui a permis de remporter un chèque de 300 euros.

Domitille et Maryse ont reçu leur récompense respective des mains du président de l'association Valentin Haûy Pascal Gaillard.

Dans la catégorie adulte, Maryse Rosier a terminé à la 26è place sur 70 participants pour une première participation.

" Si je participe, c'est pour gagner"  Domitille.

Celle qui fait partie des scouts, sait jouer du violon, et qui se lance dans la comédie musicale est une battante qui ne manque pas de confiance et d'humour: " Si je participe, c'est pour gagner. Avec 300 euros, j'ai calculé que je pouvais acheter 600 pains au chocolat à l'école". Et quand on lui demande si elle compte les partager, elle rétorque qu'elle va surtout les manger.

Gagnante dans l'âme, elle ne souhaite pas participer à l'édition 2022, car elle ne peut pas être lauréate deux années d'affilée.

 

Emilie Montalban, extrait du "Populaire" pour Cécitroc-infos